Pékin et La Valette

La quatrième Conférence mondiale sur les Femmes à Pékin

Qui s’intéresse aux Droits de l’Homme ne peut douter que les femmes ne sont pas des hommes comme les autres en tout : face à la violence, la santé et la grossesse, l’éducation, la citoyenneté, dans les conflits armés comme dans la vie civile – familiale, sociale, professionnelle et économique. L’IDH s’est rapidement penché sur ce problème et a été représenté en 1995 par Me Amparo Domingo à la Quatrième Conférence mondiale sur les Femmes, à Pékin.

Les Nations Unies ont organisé quatre conférences mondiales sur les femmes : à Mexico en 1975 (Conférence mondiale de l’année internationale de la femme), à Copenhague en 1980 (Conférence mondiale dans le cadre de la décennie des Nations Unies pour la femme), à Nairobi en 1985 (Conférence mondiale chargée d’examiner et d’évaluer les résultats de la Décennie des Nations Unies pour la femme) et à Pékin en du 4 au 15 septembre 1995.

La quatrième conférence avait pour thèmes majeurs « la promotion et l’autonomie de la femme dans les contextes suivants : les droits fondamentaux de la femme, les femmes et la pauvreté, les femmes et la prise de décisions, la fillette, la violence à l’égard des femmes, et autres problèmes préoccupants ». 189 Etats y ont participé, à travers plus de 6 000 délégués gouvernementaux, aux côtés de plus de 4 000 représentants accrédités d’ONG. Un forum des organisations non-gouvernementales indépendantes (réunissant environ 2 100 ONG) s’est tenu simultanément à Huairou, près de Pékin, et a rassemblé quelque 30 000 participants. 5 000 journalistes ont suivi conférence et forum. Cinq Montpelliéraines, dont Me Amparo Domingo, assistaient à la Conférence.

L’IDH était présent au forum de Huairou, où il proposa un atelier de travail sur le thème de la femme sous la loi musulmane. A la Conférence, il était représenté par Me Domingo, qui représentait également l’Union Internationale des Avocats (UIA).

La Déclaration et le Programme d’action de Pékin, adoptés à l’unanimité par les 189 Etats participants, forment un programme pour l’autonomisation des femmes considéré comme le principal document de politique mondiale en matière d’égalité des sexes. Ce programme fixe des objectifs et des actions stratégiques pour la promotion de la femme et la réalisation de l’égalité des sexes dans 12 domaines. Des évaluations ont suivi, en 2000, 2005, et 2010, et elles doivent se poursuivre.  En 2013, le Conseil économique et social de l’ONU a demandé à la Commission de la condition de la femme d’examiner et évaluer la mise en œuvre du Programme d’action en 2015, lors d’une séance appelée Beijing + 20. Pour éclairer les délibérations, le Conseil a également appelé les États membres de l’ONU à effectuer des examens nationaux détaillés, et a encouragé les commissions régionales à entreprendre des évaluations.

L’IDH a largement participé à l’organisation de la Première Conférence régionale de suivi de la 4e Conférence mondiale, qui s’est tenue fin octobre 1995 à la Valette (Malte). Son thème était le suivant : « Après la conférence mondiale de Pékin – Femmes de la Méditerranée : vers une égalité réelle et une citoyenneté effective ». Me Amparo Domingo intervint sur le sujet de la Conférence mondiale à laquelle elle avait assisté. Elle prononça également une intervention sur les « Femmes, piliers de la culture méditerranéenne ».

Par la suite, l’IDH a organisé ou participé à diverses manifestations consacrées aux droits des femmes.

Marie-Paule Canizarès, François Roux, M. le Bâtonnier Ferran, Pr. Salvino Busuttil, Georges Péridier, Yvette Péridier et Amparo Domingo à la Valette (Malte) pour le lancement officiel du Centre méditerranéen des Droits de l’Homme et la première conférence régionale de suivi de la Conférence mondiale de Pékin sur les droits des femmes, octobre 1995.